"N'ayez pas peur" a répété le Président à cinq reprises le 14 avril au cours de son émission de variétés pour les jeunes sur le tube cahotique. Le danger est-il réel ou imaginaire ? Est-ce la peur du danger ou le danger lui-même qui vont orienter, le jour de la fête des Mères, les votes pour ou contre le projet de traité constitutionnel européen ? Sommes-nous dans l'appréhension, la crainte, l'inquiétude, l'angoisse, l'effroi, l'épouvante, la frayeur, la terreur ? La frousse, la pétoche, la trouille, la venette (vieux mot qu'on trouve dans le ''Littré'') ? Le trac, une phobie, l'alarme, la panique ?

Une seule réponse, cette notation glanée dans un livre de Philippe et Martine Delerm (Fragiles, éditions du Seuil): "J'ai peur du jour où je n'aurai plus peur".