L'exemple le plus récent en est la tentative de reclassement en Roumanie de 9 salariées de la société Sem Suhner, de Schirmeck (Alsace), spécialisée dans la fabrication de bobines électriques. Le fait est scandaleux mais légal. Ce jeu de la patate chaude sociale, totalement arbitraire, a généré des protestations en masse. Piégé par sa maladresse, le pdg a dû faire marche arrière, confirmant du même coup, malgré lui, le sérieux de sa proposition. Cela nous a évité de croire qu'il pouvait s'agir d'une plaisanterie anti-européenne de mauvais goût.

Pour en savoir plus sur la manière dont on vend la Roumanie aux entreprises il suffit de se rendre sur le site du groupe Comitium.