Lâcher prise

Le lâcher-prise est une condition préalable à la résilience. Cyrulnik insiste également sur les "tuteurs" de résilience, les personnes de l'entourage qui aident à se ressaisir.

A toute chose…

Dans la résilience il y a plus que l'acceptation. Il y a, certes, acceptation car, sans elle, aucune rebondissement n'est possible, mais il y a aussi action en retour pour réparer sa blessure, en tirer la nécessaire leçon, apprendre à survivre et surtout à vivre. Ce n'est pas par hasard que le mot a pour origine la résistance des matériaux. Ceci évoque un rapport de forces (évident ou non), c'est-à-dire action et réaction. A toute chose malheur est bon. [mot demandé par Patdon]

[Retrouvez ce billet dans L'Almanach 2009 du Garde-mots]