Mon hommage mensuel au peintre Jacques Oudot, disparu l’an dernier, prend aujourd’hui la forme d’une grille de mots croisés qui lui a été consacrée par un de nos amis communs, Max-Roger Dumont. Cette grille peut-être résolue même si on ne connaît pas la vie de Jacques.

Grille


Pour exercer votre talent de cruciverbiste
imprimez la page. La solution est tout en bas.
Horizontalement
1- Jacques en était pétri. 2- Une dizaine d’Anglais. Fesses. Partie d’Oudot. 3- Glandulaire. Grande école à Lyon. 4- Lieu de travail intensif. Pareillement. 5-  Motif oudotien de décor de Revues. 6- Le premier des orthophonistes. Encore moins palpable dans ce sens. 7- Nature. Activité musculaire. 8- Jacques n’a pas dû cracher beaucoup sur ce qui l’est. Est à gauche de Jacques désormais ? 9- Perds ses eaux. Allongée ou raccourcie.

Verticalement
1- Confrérie de Jacques Oudot. 2-  Jacques fut de toutes ou presque. Participe. 3- Telle l’œuvre de Jacques. 4- Facteur célèbre. Jacques n’a jamais craché dessus non plus ! 5- Vit au milieu de l’eau. Article étranger. 6- Un modèle pour Jacques. N’est pas utile comme ça. 7- Jacques restera dans celles de l’internat pour longtemps. 8- Article. Terre du 1 du 5 vertical. Objet de tirage. 9- Carburant dont Jacques ne manquait pas. 10- Jacques en jouait avec merveille sur ses toiles. RYE. 11- Jacques n’était pas le dernier si l’on en juge par son œuvre.

Autoportrait
Jacques Oudot. Autoportrait.


Trois questions à Roger-Max Dumont [1]

LGM. Comment devient-on verbicruciste?
RMD. En premier lieu il faut aimer jouer avec les mots, je dirais même avoir un rapport affectif avec les mots. J’ai commencé vers 18 ans et je me suis formé seul, comme tout le monde. Quand on croise, c’est le cas de le dire, des définitions comme « Dur de la feuille » (Robert Scipion, Le Nouvel Observateur), on a envie d’en faire autant. La solution est « NERVURE » !

LGM. Je suppose qu’il faut une disposition particulière de l'esprit pour fabriquer des mots croisés, au lieu de se contenter de les résoudre.
RMD. Il doit me manquer quelques cases noires quelque part dans la tête… L’humour, bien sûr, est le bienvenu, mais il faut également chercher un minimum d’élégance.

LGM. Deux mots de technique ?
RMD. Je commence toujours par la potence, c’est-à-dire le 1 horizontal et le 1 vertical, puis j’avance avec une gomme et un crayon en anticipant le plus possible sur les colonnes ou les rangées à venir. Je crois qu’une bonne grille, pour être « élégante », ne devrait pas comporter plus de 10 % de cases noires. J’aime en outre ne pas avoir deux cases qui se touchent et éviter, autant que faire se peut, des bouts de mots en deux lettres comme, par exemple : « À Paris » et la solution est « AR ». J’évite aussi les mots qui reviennent tout le temps dans les mots croisés comme « IO », « US » ou « AN ». Mais force est de constater qu’on est bien obligé de mettre souvent des mots comme « ESAÜ », « ANA », « NU », « RI » ou « ONU » !  Un tout autre art est celui de trouver des définitions succulentes et bien tournées, qui mettent sournoisement le cruciverbiste sur une fausse piste. Et là, c’est un régal !

[1] Auteur de mots croisés dans Lyon Capitale. Je le remercie pour son autorisation de reproduire cette grille parue dans un numéro spécial du Crocodile consacré à  Jacques Oudot.