Eros et Thanatos

Le premier poète grec connu, Homère (fin du VIIe siècle av. J.-C.), écrit dans l'Iliade : "Le sommeil est le frère jumeau de la mort". Il retranscrit ainsi un fait mythologique : Hypnos, personnification du Sommeil, et son frère jumeau Thanatos, personnification de la Mort, sont les fils de Nyx (la Nuit) et d'Érèbe. Ils séjournent dans le monde souterrain. Le génie ailé Hypnos (Somnus chez les Romains) vole au secours des mortels en tenant à la main des fleurs de pavot afin de procurer aux hommes un paisible repos. Il vit au bord du Léthé, le fleuve de l'oubli. L'un de ses mille enfants, Morphée, est le dieu des songes. Il a le pouvoir d'entrer dans les rêves et de se transformer en n'importe quelle forme humaine. Ce mythe rappelle que le sommeil induit les saynètes improvisées dont nous sommes à la fois les auteurs, les acteurs et le théâtre quand nous dormons. En recomposant notre existence, il nous tire en quelque sorte du chaos existentiel.

Onirocriticon

Artémidore d'Éphèse (IIe siècle de notre ère) a été le premier à écrire un grand traité de l'interprétation des rêves intitulé Onirocriticon. Il a recueilli, au cours de ses voyages autour du bassin méditerranéen, trois mille rêves d'où il fait découler sa propre technique spéculative, appuyée sur la raison et l'expérience. Il distingue deux grandes classes de songes divinatoires, ceux qui annoncent ce qu'ils montrent, et ceux qui, de manière allégorique, par une chose en signifient une autre. Son livre a servi de référence pendant des siècles. Freud le mentionne dans L'Interprétation des rêves, tout en déclarant que le rêve n'annonce pas l'avenir mais parle du passé.