Nom féminin. Dans la prononciation, fusion de deux ou plusieurs syllabes en une seule, par omission d’un ou plusieurs sons (élision), ou contraction de deux voyelles en une seule diphtongue (deux voyelles donnant un seul son : au, eu, ou). Une ou plusieurs syllabes ne sont pas prononcées, d'où une expressivité relâchée qui donne un effet de réalité. Exemples : margis pour maréchal des logis, Bjour, M’dame. Autre exemple, en forme de mauvais calembour, le petit qu’à le pain. Quelqu'un, pour quelque un, est également une synalèphe. Antonyme : diérèse (une diphtongue est prononcée en deux syllabes : li-en pour lien).

Du grec sunaloiphê, fusion, union. Mots voisins : amuïssement, apocope, contrecrase, crase, diérèse (prononciation d'une voyelle double en deux syllabes distinctes : "monsi-eur"), élision, haplologie (omission d'une syllabe à cause de sa ressemblance avec la syllabe voisine ; exemple "tragi-comique" pour "tragico-comique"), hendyadyn, hiatus, métaplasme, mot-valise (margis n'est pas un mot-valise car il n'y a pas de syllabe commune entre "maréchal" et "logis"), synérèse (synonyme de contraction).